Blog à bouquins

*** Au fil des lectures...***

28 mai 2010

51FWAVF22XL__SL160_AA115_La colline aux Gentianes, Elizabeth Goudge

Un bouquin délicieusement suranné avec un vocabulaire et des tournures très "littérature romantique du XIXè" sans connotation péjorative. Beaucoup de romantisme, donc, de la religion, de bons sentiments, des actes généreux, de grandes pensées, bref, tout ceci aurait pu être un peu... barbant, mais non... Passée les premières pages, on entre dans l'histoire avec délice. Deux jeunes gens beaux, intelligents et qu'on sent appelés vers d'autres destinéees, se rencontrent. Malgré les obstacles, ils savent dès le début qu'ils sont soudés par quelque chose de plus fort qu'eux, une sorte de conjonction des âmes. La jeune fille n'est pas celle qu'on croit, même si on devine assez aisément son passé, mais ça n'enlève rien à l'intrigue. On suit avec plaisir les deux jeunes gens dans leurs aventures. Histoire de famille, intrigue, guerre, histoire avec un grand H, mystère, mythe et religion, naturalisme, il y a de tout.
C'est une littérature pleine de bons sentiments et de grandeur d'âme et quelque fois, ça fait vraiment du bien, ça rafraîchit l'esprit. L'auteur excelle à nous décrire de merveilleux tableaux et paysages (la campagne anglaise, les batailles maritimes...) et c'est un plaisir de s'y perdre. Les images qui me restent de cette lecture sont essentiellement ces descriptions de la nature, personnage à part entière de ce roman.
Bref, je découvre l'auteur sur ce livre et à coup sûr, je souhaite pousser plus loin et lire d'autres de ses livres !

Les premières lignes:
   Par une claire soirée d'août, la flotte entrait à Torbay, portée sur l'haleine légère d'un vent favorable. C'était un spectacle si enchanteur que les pêcheurs des villages groupés autour de la baie le contemplaient émerveillés; délaissant sa tâche coutumière et abritant ses yeux de la main, chacun d'eux s'efforçait, consciemment ou non, d'imprimer en lui cette vision assez profondément pour qu'elle demeure un trésor jusqu'à la fin de sa vie.
   Depuis que l'Angleterre était en guerre avec la France de Napoléon, la flotte fréquentait beaucoup Torbay. Monté sur le Victory, l'amiral Hardy s'y était bien souvent rendu. C'est de Torbay que l'amiral Rodney avait cinglé vers la bataille des Saintes. Trois fois dans l'espace d'une année, le comte Saint-Vincent y avait jeté l'ancre; et c'est là que Nelson lui avait rendu visite.

Ma note: 8,5 / 10

Posté par Aileean à 07:30 - Romans - Commentaires [1] - Permalien [#]

Commentaires sur La colline aux Gentianes, Elizabeth Goudge Un

    J'aime beaucoup Elizabeth Gouge mais je ne crois pas avoir lu celui-là!

    Posté par mango, 28 mai 2010 à 18:53 | | Répondre
Nouveau commentaire