Blog à bouquins

*** Au fil des lectures...***

25 juin 2011

51krCxx2qUL__AA115_Fille noire, fille blanche, Joyce Carol Oates

   Genna et Minette partagent une chambre sur le campus. Et c'est tout ce qu'elles ont en commun. Minette est aussi noire, indomptable et solitaire que Genna est blanche, timide et généreuse. Fascinée, Genna fait son possible pour fendre la cuirasse de Minette et devenir son amie. Observant la menace des violences racistes croissantes, elle est sa seule alliée. Pourra-t-elle la sauver ?

Je n'ai pas vraiment apprécié cette lecture. Les deux héroïnes, tellement différentes, ne sont pas sympathiques et je ne m'y suis pas attachée. Pour faire simple, Genna est trop naïve et limite masochiste et Minette est une teigne. Non, vraiment, aucune empathie avec ces jeunes filles même si au début, Genna est intéressante, mais après bof, ça devient lassant cette énergie qu'elle dépense pour se faire l'amie de quelqu'un qui la supporte plus qu'autre chose, de façon évidente.
Malgré tout, ça se lit, la forme du roman est intéressante. Nous savons dès les premières lignes que Minette est morte cette année-là. Et Genna raconte a posteriori ce qu'elles ont vécu, enfin, surtout son point de vue puisqu'on découvre aussi ce qu'elle a vécu, enfant, avec ses parents qui ne paraissent pas avoir été des plus aimants, accaparé par leurs passions. Puis on voit Minette, issue d'une minorité brimée, qui bizarrement, ne fait rien pour être acceptée, au contraire... Genna fait tout ce qu'elle peut pour être son amie, naturellement, mais Minette se complaît à la voir ce débattre pour éviter le politiquement correct d'une telle amitié à cette l'époque. On en devient presque mal à l'aise.
Bref, un roman de Joyce Carol Oates m'intéresse toujours, mais je dois avouer que je ne mettrai pas celui-ci sur le haut de la pile. ..

Les premières lignes:
   Ohhh mon Dieu.
   Je fus réveillée par ce cri. Je fus réveillée instantanément. Ce devrait être Minette, ma camarade de chambre.
De l'autre côté de la porte de ma chambre à coucher. Minette Swift, dans notre bureau commun. Ce n'était pas la première fois que j'étais tirée du sommeil par la voix de Minette, qui monologuait, se rabrouait à haute voix, ou priait. Ohhh mon Dieu était l'une de ses exclamations, mi-grognement/mi-plainte. 

Ma note: 6,5 / 10

Posté par Aileean à 16:30 - Romans - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires sur Fille noire, fille blanche, Joyce Carol Oates

Nouveau commentaire